Le déclin de l’empire télévisuel au profit du numérique!?

3495063708_10fe49a546_zC’est samedi matin, je me lève en vitesse pour regarder les dessins animés jouant à la télévision. Du moins, c’est ce que je faisais quand j’étais tout petit. Je ne sais pas si vous avez des enfants, mais moi j’en ai trois, dont deux qui sont rendus assez vieux pour se lever sans me réveiller. Eux, le matin, ils se lèvent et se collent pour regarder la tablette. Ils regardent plein de vidéos différentes sur YouTube. Ils jouent à des jeux sur la tablette. Parfois, un est tanné d’être collé et prend mon téléphone et regarde YouTube de son côté.

Est-ce que l’empire télévisuel est dû pour s’effondrer au profit du numérique!?

Si on se fie aux dernières données Nielsen, je vous dirais que ça n’augure pas super bien pour la télévision. Déjà, on parlait d’une dégringolade d’utilisation de la télévision traditionnelle d’environ 4% par année depuis 2012 aux États-Unis. Imaginez-vous donc qu’on parle d’une chute de 10.6% entre septembre et janvier dernier, spécifiquement chez les 18-34 ans. Le marché que la grande majorité des gens veut cibler et qui, par le fait même, est ce qui a donné toute la puissance au milieu télévisuel. Un marché qui est ciblé plus particulièrement au Québec afin de renouveler la clientèle pour cause d’une population vieillissante qui a su engendrer beaucoup de résultats et de consommation, mais qui diminue en volume au jour le jour.

Dans un article du New-York Post par Claire Atkinson, on peut lire des citations qui semblent alarmantes. Le chef de la recherche sur l’audience de NBCUniversal déclarait :

“Je n’ai jamais vu ce genre de changement dans le comportement des téléspectateurs”
– Alan Wurtzel

Si on se fie à l’article de la CBC et les analystes Anthony DiClemente et Benjamin Black, les gens consomment moins la télévision traditionnelle au profit de services de streaming en ligne comme Netflix, Hulu et Amazon Video.

4078639616_7bc74c0efc_zL’Internet Association, qui est formée des têtes dirigeantes d’entreprises numériques dominantes telles que Google, Netflix et Amazon ont augmenté leur revenu de 175% pour leurs services de streaming. Il est évident qu’on parle d’une transition d’un auditoire clé vers un nouveau média.

La transition se fait tellement rapidement et évidente que Nielson a déclaré qu’ils ajouteront à leurs analyses tous les médias numériques.

Si la télévision traditionnelle laisse la place au numérique, est-ce que c’est bon pour nous?

Premièrement, il faut garder en tête que ces études sont toutes d’origine américaine. On parle donc d’un marché différent du Canada et également du Québec. Ceci dit, on se doit quand même de réagir et de profiter du numérique efficacement. Au contraire des médias traditionnels, le numérique offre une plateforme mesurable. Vous aurez des chiffres exacts et non des approximations. À chaque visionnement de vidéos, visites de pages et toute autre action prise en ligne, vous pourrez garder ces informations et prendre des décisions sur vos visiteurs.

J’ai déjà parlé de la consommation multi-écrans au Canada dans ce blog, spécifiquement au Canada. On pouvait déjà y déceler que les consommateurs sont en majorité en mode multiécran et que pour la télévision, ça causait un effet de distraction. Surtout lors de publicités. On a donc non seulement moins de personnes utilisant la télévision, mais on a maintenant également des utilisateurs actifs qui sont distraits pendant les publicités. Selon moi, on a une recette pour des campagnes beaucoup moins efficaces.

Si on pense au retour sur investissement, encore une fois, je reviens à mon histoire de calcul. Avec le numérique, il y a des moyens concrets de savoir si les utilisateurs ont pris action auprès de votre entreprise. Que ce soit l’utilisation d’un formulaire de contact, d’un achat direct en ligne ou autres éléments que vous jugez important pour le succès de votre entreprise. C’est moins le cas pour la télévision. C’est difficile de savoir combien de personnes sont vraiment venues à vous suite au visionnement d’une annonce télévisuelle. Surtout si on a fait une offensive promotionnelle sur plusieurs fronts (journaux, panneaux publicitaires, etc.), ce qui est d’ailleurs toujours suggéré.

Alors, on se débarrasse de la promotion télévision au profit du numérique?

Je n’irais pas jusque-là. Tout est une question de dosage, de votre marché et de distribution de budget. Je me permets un petit éditorial. Le numérique n’est pas encore hyper connu par les entrepreneurs, surtout ici au Québec. C’est une question de temps avant que la télévision soit moins utilisée que le numérique selon moi. Il garde tout de même un marché et des avantages. Je pense définitivement qu’il est temps d’arrêter de voir la télévision comme étant le destinataire principal de vos campagnes publicitaires.

Il faut donc prendre le temps d’analyser, aujourd’hui les tendances à venir de votre marché cible. Si vous offrez des produits aux personnes d’âge mûr, vous pouvez vous retenir encore. Cependant, je crois que dans le cas contraire, prévoyez prochainement de distribuer vos campagnes publicitaires différemment.

Moi, la télévision j’aime ça. Le Web, je n’y comprends rien!

3908795229_e827a8ef03_zTrop souvent je vois des entreprises lancer tout leur budget pour la télévision ou autre média traditionnel qui coûtent très cher à utiliser, surtout si on le fait inadéquatement. Trop souvent par la suite, je vois ces mêmes entreprises distribuer un budget promotionnel à petite échelle pour le numérique. Le numérique semble être mal-aimé. Peut-être parce que c’est un média qui n’est pas connu de tous, ce qui ouvre la porte à de faux spécialistes qui s’inventent experts et produisent des solutions sans avoir une vision marketing et de retour sur investissement pour votre entreprise.

Il est temps que les entreprises se réveillent et utilise le numérique efficacement. C’est le seul média par lequel vous pouvez faire de la promotion ciblée directement à des individus de façon aussi personnalisée. C’est aussi le seul média par lequel vous pouvez créer des ventes à même votre promotion. Le mobile et la tablette viennent changer la donne. Les gens consomment le numérique partout. Vous avez maintenant la possibilité d’étendre votre contact avec vos clients, qui peuvent acheter sur le fait, partout! Non seulement ça, mais vous avez également la possibilité de savoir si ce que vous faites fonctionne et vous pourrez réagir au jour le jour.

Je n’ai jamais vu quelqu’un envoyer une publicité télévisuelle et après quelques jours, sans voir augmenter ses ventes, retirer la publicité pour la modifier et en créer une plus optimale, tout ça lors de la même campagne. Même chose pour les journaux ou la radio. Pourtant, le numérique vous permettrait de le faire, il est même conseillé de modifier et optimiser les publicités en ligne de façon quotidienne.

Je n’ai aussi jamais vu quelqu’un arriver devant un panneau publicitaire en voiture pour finir par s’arrêter et décider qu’elle devait immédiatement acheter un produit ou un service. En fait, il m’est personnellement arrivé souvent le contraire. Voir un panneau, me dire que je devais prendre action, et complètement oublier le tout. Le numérique offre la possibilité contraire. Le consommateur pourra prendre action à même une promotion.

Savez-vous ce que je n’ai pas vu aussi avec la télévision et autre média traditionnel ? Une publicité différente et personnalisée selon qui est devant la télévision. Savez-vous qui peut vous aider à faire ça? Eh oui! Le numérique!

Pour votre marketing, l’important c’est la conversion. Non seulement de la créer, mais de faciliter, améliorer et rendre plus rapide cette dernière.

Vous direz probablement que j’ai un parti pris. Vous avez raison. Mais les chiffres parlent :) Les gens consommeront plus les médias numériques que les médias traditionnels bientôt, j’en suis convaincu.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Entrez votre nom, courriel et votre commentaire.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code class="" title="" data-url=""> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> <pre class="" title="" data-url=""> <span class="" title="" data-url="">