Pour en finir avec les échéanciers

img_josee_19fev_300En tant que gestionnaire de projets, on me demande souvent en début de mandat de fournir un échéancier détaillé des différentes étapes d’un projet. Pour être honnête, je suis toujours un peu réfractaire à l’idée de produire un échéancier détaillé, et ce, pour plusieurs raisons. Cela dit, je ne suis pas contre l’idée de donner une date de livrable, mais comme il y a toujours des impondérables en cours de route, il est très rare qu’un échéancier soit respecté à la lettre. Comme vous le savez peut-être, notre agence travaille avec la méthodologie Scrum, qui par définition, est basée sur le fait que le développement d’un projet complexe ne peut être planifié longtemps en avance. La méthodologie propose plutôt une adaptation continue et une réaction rapide aux changements qui surviennent toujours en cours de route. Nous travaillons sur des périodes de production de deux semaines (sprint). Avant de commencer un sprint, nous faisons part au client des éléments qui lui seront livrés au terme de ces 2 semaines.

Lorsqu’on fait l’échéancier d’un projet sur plusieurs mois, il est pratiquement impossible de tenir compte des imprévus qui surgiront en cours de production. Lorsqu’on travaille sur des projets d’envergure, il arrive régulièrement que les besoins du client évoluent en cours de mandat, ce qui est tout à fait normal. En travaillant sur de courtes périodes, cela nous permet de nous ajuster rapidement à la situation. Il peut également arriver que l’équipe rencontre un obstacle technique qui prendra plus de temps que prévu à régler.

Lorsque nous développons un site Web, nous avons besoin de travailler en étroite collaboration avec le client. À différentes étapes du projet, nous avons besoin que le client nous donne son approbation sans quoi nous ne pouvons pas avancer. Si le client tarde à nous revenir, il est certain que cela aura un impact sur les temps de développement. Même si nous prévoyons des délais d’approbation dans un échéancier, il est très rare que ces délais soient respectés à la lettre.

Ce que j’aime à l’idée de fournir de petits échéanciers qui couvrent des périodes de deux semaines, c’est que cela amène une certaine transparence avec le client. Par exemple, si nous avons besoin d’obtenir de l’information de la part du client pour être capables de produire, le client en est avisé sur le champ. Quand on travaille avec des échéanciers qui couvrent plusieurs mois, il est difficile de voir quels seront les impacts et les retards que ça impliquera avec précision. Je crois que les échéanciers qui couvrent de petites périodes permettent une meilleure collaboration du client et ça lui permet de prendre conscience du rôle déterminant qu’il a à jouer pour mener à bien son projet.

Il est certain que notre objectif est de respecter la date de livrable souhaitée par le client. Nous devons faire une planification à long terme d’un projet pour voir si les délais envisagés sont réalisables, mais en début de projet, il est difficile de tout prévoir. Personnellement, je préfère fournir un échéancier qui contient les grandes lignes d’un projet pour ensuite y aller avec des petits échéanciers qui couvrent de courtes périodes.

2 réponses à Pour en finir avec les échéanciers
  1. assurance auto pour jeune conducteur Répondre

    Ce genre de blog ou tu reste des heures sans t’en rendre compte.
    J’adore :)

  2. www.assurancerapide.fr Répondre

    J’ai partager ton aarticles à tous mes potes.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Entrez votre nom, courriel et votre commentaire.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code class="" title="" data-url=""> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> <pre class="" title="" data-url=""> <span class="" title="" data-url="">