9 facteurs importants dans le choix de votre gestionnaire de contenu (CMS)

cms_img

Pourquoi n’utilisez-vous pas WordPress?

C’est une phrase que j’entends souvent, puisque mon travail chez Reptiletech, entre autres, implique de cerner les besoins des clients et de trouver la solution la plus adéquate. Je dois tenir compte de plusieurs points afin de m’assurer qu’on choisit le gestionnaire de contenu (CMS) qui répondra le mieux aux besoins, dans un budget et des délais qui répondent le mieux aux attentes du client. Voici la liste des neuf facteurs qui influencent ma décision et pourquoi.

1 – Compatibilité
Il y a malheureusement encore des gens qui utilisent à grande échelle dans leur entreprise Internet Explorer, pire encore Internet Explorer 6! OMG! Selon l’importance que vous accordez aux différents fureteurs web, il y a des plateformes et CMS avec lesquels c’est plus difficile d’apporter des modifications à l’intégration afin de permettre de la rétro-compatibilité ou même d’assurer un affichage optimal sur les supports mobiles (tablettes et téléphones intelligents). Il s’agit donc de bien considérer cette option en conséquence des fureteurs souhaités. Évidemment, de supporter un plus large éventail de fureteurs implique plus de coûts et un CMS permettant la personnalisation du contenu de façon plus aisé.

2 – La performance
Saviez-vous que si votre site est trop lent Google vous pénalisera? S’assurer d’avoir un CMS qui permet d’avoir une utilisation optimale des fonctionnalités en place, afin de limiter le chargement de code et d’éléments inutiles, aidera donc à bien réagir. Évidemment, plus vous avez de fonctionnalités et de “plugins” en place, le chargement peut-être plus long, rendant également l’expérience utilisateur moins agréable.

Avoir un CMS qui permet de justement aisément modifier les fonctionnalités en place afin d’optimiser la performance est donc un facteur dépendemment du contenu de votre site en terme de contenu, de volume et de fonctionnalités.

3 – Le support
Il peut arriver lors d’un développement d’avoir un certain problème avec la mise en place de certains éléments dans votre gestionnaire de contenu. Certaines solutions open-source offrent une multitude de programmes de tierce partis compliquant donc les communications et les demandes de support, pour ceux qui en offrent. Afin d’avoir une solution qui répond à vos attentes et qui aura une garantie de qualité, il est important de bien se pencher sur ce facteur afin de s’assurer d’avoir quelqu’un pour nous prêter main forte en cas de besoin.

Un “bug” avec une application de tierce partie, lorsque le support n’est pas adéquat peut affecter votre projet au niveau budgétaire et au niveau des délais de livraisons. Vous serez prisonnier de ressources externes et de leurs disponibilités.

4 – Les “plugins”
Selon différentes solutions choisies, il peut être déterminé d’utiliser des “plugins” pour votre site. Le problème avec l’utilisation d’un grand nombre de ces mini-logiciels web étant qu’ils peuvent fonctionner à merveille chacun de leur côté, mais couplés sur un même site, ils peuvent se causer problème mutuellement.

D’autant plus que le problème de support refait surface. Les “plugins” sont développés par différents types de développeur, que ce soit une entreprise ou “Joe dans son sous-sol”. La qualité du code, le support et la robustesse de ce dernier peuvent vous causer d’énormes ennuis s’ils ne sont pas développés adéquatement. Dans une solution dont on veut être certain, il pourrait être jugé plus efficace d’avoir à développer des fonctionnalités à la pièce en évaluant le coût vs. l’utilisation du “plugin”.

Finalement, plus vous avez de “plugins”, plus ce sera difficile de changer d’hébergeur. Faire la migration d’un endroit vers un autre sera un vrai casse-tête. Moins il y a d’inter-dépendances, plus facilement vous pourrez réagir dans vos décisions futures du côté hébergement.

5 – La sécurité
Ce qui arrive très souvent avec les gestionnaires de contenu les plus populaires est, puisque justement ils sont populaires, ils sont la cible de plusieurs cybers-pirates. Il faut s’assurer, surtout si vous avez des données sensibles, d’avoir un gestionnaire sécuritaire (et donc mis à jour, j’en parle plus tard) et robuste. Malheureusement, il y a eu plusieurs vulnérabilités de découvertes et ressortent souvent par exemple WordPress, Drupal, Joomla.

Il faut donc s’assurer de rester à l’affût et de réagir en conséquence. Plus votre CMS est populaire, plus il a de chances de se faire tester et tordre afin d’y trouver des vulnérabilités. L’entretien d’une plateforme plus vulnérable peut devenir coûteuse à la longue également.

6 – Les mise à jour
Bien que la majorité, si ce n’est pas tous, des gestionnaires de contenu (CMS) offrent des mises à jour afin de répondre aux différentes vulnérabilités trouvées, elles demandent souvent l’intervention d’une ressource technique. Ceci implique nécessairement d’avoir recours à votre agence ou ressource web et donc un coût associé à la maintenance.

Ceci étant dit, il y a également, lors d’une mise à jour, surtout avec l’utilisation de “plugins”, des chances que la mise à jour rende votre site non-opérationnel. Voilà un moment où le support pour votre gestionnaire de contenu et des différents développements mis en place est important. Afin qu’un codeur puisse mettre à jour votre site afin d’éviter tout ennui, un support des parties impliquées sera indispensable. Plus vous avez de “plugins” plus la mise à jour risque d’être compliquée. Il faut vraiment y penser!

Il faut se souvenir qu’un site web est un travail constant afin de s’assurer d’une présence web efficace!

7 – Le référencement
Bien que vous pouvez mettre en place des “plugins” pour répondre aux besoins de référencement de plusieurs gestionnaires de contenu (CMS), vous n’aurez jamais la pleine capacité de tout modifier sur votre site de la même manière qu’un gestionnaire de contenu qui vous permet d’avoir la main-mise entière sur son intégration. Une base pourra être en place, et vous pourrez atteindre un certain niveau. Sauf que les petites différences, les petits éléments qui peuvent faire la différence entre une première page et non des engins de recherches peuvent vous échapper si vous n’avez pas un accès optimal et efficace à la personnalisation de votre site.

8 – Les besoins
Bien que tous les “plugins” du monde répondent à des besoins immenses et aideront probablement à vous rendre où vous voulez être initialement, votre site doit évoluer, et vous aurez fort probablement des demandes qui vous sont propres et qui répondent aux besoins personnels de votre entreprise.

À ce moment on devra prévoir faire de la personnalisation, et il s’agira de soit trouver un autre “plugin” ou de simplement modifier celui en place. Si vous avez produit des outils de gestion sur mesure par votre agence, la connaissance du code mis en place et l’évolution de ce dernier sera beaucoup plus aisé. Vous ne serez pas limité par les capacités des outils que vous aurez utilisés. Comme je mentionnais plus tôt, votre site devrait être en évolution constante, et vos besoins évoluent aussi. Assurez-vous d’avoir un outil qui pourra suivre votre évolution.

9 – Les gabarits
Beaucoup de gestionnaire de contenu (CMS) fonctionnent avec des thèmes ou des gabarits pré-définis. Malheureusement, beaucoup de ces gabarits se ressemblent et ne laissent pas place à toute la créativité, l’optimisation et l’évolution de votre site au niveau de son ergonomie.

Il est évident que si vous avez un site libre de ces obligations, vous aurez beaucoup plus de facilité à mettre en place les éléments comme vous le souhaitez, où vous le voulez et ensuite le faire évoluer. Un exemple concret est par exemple un client qui était parti d’un site il y a quelques années et un gabarit qui n’était pas compatible avec le mobile. Le marché ayant évolué depuis, il a fallu refaire l’intégration du design, ce qui était plus coûteux que de simplement ajouter une adaptation du design qui était en place (et qui avait fait ses preuves).

Conclusion
Que ce soit WordPress, Drupal, Joomla, Django-CMS ou peu importe le gestionnaire de contenu, tous ont leurs points positifs et négatifs. Ils faut vraiment regarder et évaluer si vous avez des besoins évolutifs complexes ou non. Si vous avez un site informatif à émettre avec un délai serré, nous ne choisirons évidemment pas le même gestionnaire de contenu (CMS) qu’un site ayant une pléiade de fonctionnalités et dont les délais sont plus larges. Vous hésitez à savoir quel gestionnaire de contenu est mieux pour vous? Appelez-nous!

2 réponses à 9 facteurs importants dans le choix de votre gestionnaire de contenu (CMS)
  1. Paul Ross Répondre

    Si je peux me permettre j’ajouterais un 10ieme commandement :) Un élément fort important a tenir compte est également la facilité d’utilisation de son CMS. Ne perdez pas de vue que vous utiliserez sûrement votre outil de gestion à tous les jours. Il est donc important qu’il soit convivial et facile à utiliser.

    Si vous devez être développeur ou d’avoir un doctorat en ergonomie pour l’utiliser l’outil risque de mal remplir vos besoins.

    Bien choisir son CMS c’est important. Gérer 100 pages ou 10 000 pages requiert des outils très différents côté ergonomique. Voilà donc mon 10ieme commandement :p

    Excellent article Joe j’adopte les mêmes doctrines que toi :)

    • Jonathan Laberge Répondre

      En effet, la facilité d’utilisation est un bon point. Note que ce qui est facile est largement influencé par l’utilisation qu’on en fait.

      Exemple, si je fais un blogue, WordPress est vraiment orienté en ce sens vs. un autre type de CMS.

      Pour un CMS dans lequel j’aurais une gestion de produits, WordPress risque d’être un peu plus… obscur?

      En somme, la facilité d’utilisation, je pense se résume par l’entièreté des neufs points :)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Entrez votre nom, courriel et votre commentaire.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code class="" title="" data-url=""> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> <pre class="" title="" data-url=""> <span class="" title="" data-url="">